Articles à la une

Déguster comme un vrai sommelier !

Aujourd'hui nous vous proposons quelques conseils et astuces pour maîtriser l'art de la dégustation. Vous allez découvrir quelques-uns des secrets de la sommelerie pour apprécier vos vins à leur juste valeur !

Quand ?
 Une dégustation pointue s’effectue souvent en dehors des repas,  idéalement le soir une heure avant le repas. La sensibilité organoleptique (sensibilité des sens) est en effet maximale lorsque l’organisme est en état de faim. Cependant, certains vins sont si bien assortis à nos repas qu'il serait dommage de s'en priver... Alors quel est le meilleur moment ? Quand vous en avez envie ! 

Ou ? Le ressenti est subjectif. On déguste toujours un vin dans une ambiance et un contexte précis. Ceux-ci vont forcement influencer notre perception de ce dernier. On ne va pas forcement apprécier un vin de la même manière selon ce que l’on mange avec, ou selon l’état d’esprit du moment, selon l’humeur, ou encore simplement si il fait chaud dans la pièce : une température ambiante aux alentours de 18 - 20°c est idéale. 

Comment ? 
Nous voici dans le vif du sujet ! 

1 - le verre 
Le vin n’a pas le même goût dans un verre de cuisine que dans un majestueux calice en cristal. Au-delà de l’aspect esthétique, pas de dégustation possible sans un verre qui sache mettre le vin en valeur..donc verre à pied svp ! Nous recommandons même un ballon assez large afin de permettre au vin de « s’ouvrir ».

2 – Aspect visuel 
Il faut toujours commencer par observer le vin (toujours sur un fond blanc). Regarder sa couleur (robe), sa transparence (limpidité), la trace qu’il laisse sur le verre (la fameuse cuisse ou la larme) et la manière qu’il a d’adhérer au verre, voir si il est gras ou non. 

3 – le nez (olfaction)
Pas besoin d’être un fin œnologue pour mettre le nez dans son verre et voir si l’odeur (le nez) est plaisante ou non. Vous pouvez vous retrouver dans un panier de fruits rouges, ou faire une balade automnale en forêt. Les dégustateurs avertis seront capables de décomposer les différents bouquets olfactifs mais l’essentiel est d’y trouver du plaisir. Faites confiance à vos sens et essayez de vous promenez dans l’univers que le vin vous propose. Faites tourner le vin dans votre verre pour l’aérer (l’ouvrir) , l’odeur va évoluer. 

4 – La mise en bouche (le gout, l'aspect gustatif)
L’attaque en bouche est ce précieux moment où la bouche réceptionne les premières saveurs du vin. Est-ce-que le vin arrive en douceur, avec subtilité ou est-ce-qu’au contraire, on a l’impression qu’il envahit la bouche en fanfare ? Est-ce-qu’il est dans la continuité de ce que l’on a senti précédemment, ou est-ce-qu’au contraire, il nous surprend en décalant l’odeur de l’entrée en bouche ? Vous pouvez la aussi l’aérer en inspirant de l’air par-dessus le vin qui est dans votre bouche. Ceci en dégagera peut-être des arômes trop discrets jusqu’alors. Si vous n'y arrivez pas.. car c'est assez technique, alors, faites voyager votre vin en bouche, lentement. En respirant par le nez, vous créez un "pont" entre le nez et la bouche. La salive en se liant au vin, accentue les saveurs et le goût du vin. 

5 - la longueur en bouche 
Après avoir avalé votre gorgée de vin , essayez d’identifier la persistance des arômes en bouche, c’est ce que l’on appelle la longueur en finale. (Elle se compte généralement en seconde, ou en Caudalie pour les experts du vin)  Une fois le vin avalé, que reste-t-il dans la bouche : une agréable sensation, des picotements? 

6 – Comment préparer le vin ? 
Ne surtout pas oublier qu’un vin a besoin de différentes attentions pour se livrer pleinement. Il faut l’ouvrir plus ou moins longtemps avant de le servir, éventuellement le carafer pour l'ouvrir et le servir à la bonne température, le boire ni trop jeune ni trop vieux… tout ceci dépend bien sûr du vin. Il faut donc se renseigner auprès de celui à qui vous l’achetez pour savoir comment le mettre dans les meilleures conditions. 

7 – La dégustation est l’histoire d’un instant, Le ressenti est subjectif.
Il faut donc garder à l’esprit qu’il est difficile de se faire une idée précise sur un vin sur une seule fois. 

8 – Ne pas oublier qu’un vin vit 
Pour continuer sur l’idée qu’il est difficile d’avoir une idée arrêtée sur un vin, il ne faut pas oublier non plus qu’il continue d’évoluer dans la bouteille. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’ouvrir une bouteille identique à celle ouverte quelques mois auparavant et d’être surpris de ne pas retrouver les sensations d’alors. Il ne faut jamais oublier que la conservation est importante pour un vieillissement dans les meilleures conditions possibles.

Cet article est un guest-post proposé par Frédéric de World Grands Crus  le site qui sélectionne les plus rares grands crus des régions françaises.

 

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.

Abonnez-vous à notre newsletter